Menu

LA FEDERATION

- PRESENTATION
- Permanence sociale

ACTUALITES

- FORMATION PROFESSIONNELLE
- Retraite complémentaire
- NON CAP 22
- BUDGET CULTURE

L'HEURE EST A L'ACTION

- BOITE A OUTILS
- ECHO : INTERMITTENTS
- ECHO : REGIME GENERAL

DOSSIERS

- Matériel syndical
- ARCHIVES ECHO DES NEGOS
- ARCHIVES COMMUNIQUES
- SUITE ARCHIVES


Nos publications

- Notre revue : SPECTACLE
- Le Guide des salariés 2018
- Le 37ème Congrès
- Femmes-Mixité


Adhérer

Adhésion en ligne - Trouver votre syndicat
- Bulletin d'adhésion
DOSSIERS > - ARCHIVES COMMUNIQUES > ASSURANCE CHÔMAGE : APRÈS L’ARRÊT DES NÉGOS INTERPRO, EXIGEONS DU GOUVERNEMENT L’APPLICATION DE NOTRE ACCORD !

Mise à jour le 21 février 2019

 

ASSURANCE CHÔMAGE : APRÈS L’ARRÊT DES NÉGOS INTERPRO, EXIGEONS DU GOUVERNEMENT L’APPLICATION DE NOTRE ACCORD !

Le 20 février dernier des artistes et techniciens intermittents du spectacle ont occupé l’Unédic à la mi-journée pour exiger le respect de l’avenant du 21 janvier 2019 qui garantit les droits à l’assurance chômage dans le champ professionnel. Le projet patronal dans le cadre de la négociation interprofessionnelle prévoyait expressément de ne pas respecter l’accord unanime du 21 janvier !
Rappelons que cet accord pérennise notre accord de 2016, avec ouverture de droits à 7000 personnes de plus grâce aux 507 heures sur 12 mois, à une meilleure prise en compte des périodes de maternité. Et l’avenant du 21 janvier dernier précise que la transposition des règles doit être revue pour améliorer la prise en compte des congés maladie ou modifier les franchises.
La réponse de la direction de l’Unédic et des autorités à l’occupation pacifique a été ... l’évacuation par les CRS !

Les négociations interprofessionnelles se sont arrêtées en parallèle dans l’après-midi, sur le constat qu’aucun accord n’était possible. Le patronat emmené par le Medef refuse toute mesure pour lutter contre la précarité au régime général et veut appliquer les économies drastiques sur le dos des chômeurs, et au passage sur le dos des intermittents, en refusant d’appliquer notre avenant du 21 janvier 2019 .

Si certains auraient pu accepter des baisses de droits, la Cgt a signifié qu’il n’était pas question d’accepter un euro de perte sur les allocations. Fort heureusement, devant l’intransigeance du patronat et dans le contexte social que nous connaissons, aucun syndicat de salariés n’a cédé au patronat.

La balle est maintenant dans le camp du gouvernement : à lui d’appliquer ou de renoncer à sa lettre de cadrage. Et à lui de prendre en compte l’accord intermittents unanimement signé dans le champ professionnel !

La bataille continue plus que jamais, dans nos professions pour obtenir la bonne application de notre accord, et au régime général pour empêcher des mesures de baisses de droits, telles que des nouvelles franchises qui supprimeraient des jours d’indemnisation, pour tous les allocataires, y compris de nos métiers.

La CGT spectacle proposera de nouveaux rendez-vous de lutte dans les prochains jours.

- Les fédérations CGT SPECTACLE, FASAP-FO, USNA-CFTC, FCCS CFE-CGC appellent les artistes et les technicien-ne-s du spectacle à signer massivement le texte pétition pour défendre leurs droits : http://chng.it/vsHkpxJX6R (ou sur www.fnsac-cgt.com)

- Continuons à informer et à mobiliser : prochaine AG des professionnel.le.s du spectacle, du cinéma, de l’audiovisuel à Paris le lundi 11 mars à 19H – Bourse du Travail, salle E . Varlin, 3 rue du Château d’Eau Paris 10. Pour les rendez-vous en région, rapprochez des syndicats et des UD.

 

Site : SIGNEZ LA PETITION


Téléchargez ce document Télécharger ce document

 

Imprimer l'article

POUR LE CLIMAT LA CGT APPELLE À LA MOBILISATION LE 24 MAI


 

ÉLECTIONS AU FNAS : LE TRAVAIL DE LA CGT RECONNU PAR LES ARTISTES, LES TECHNICIENS ET LES PERSONNELS ADMINISTRATIFS DU SPECTACLE VIVANT SUBVENTIONNÉ


 

ASSURANCE CHÔMAGE : LA LUTTE CONTINUE AUX « MOLIÈRE » COMME AILLEURS !