Menu

LA FEDERATION

- PRESENTATION
- Permanence sociale

ACTUALITES

- NON CAP 22
- BUDGET CULTURE
- Loi Travail XXL
- Retraite complémentaire
- Fonds emploi
- ARCHIVES ACTU

Mouvements & Luttes

- ARTISTES AUTEURS
- Une Chorale pour la Ministre
- Contre le FN
- ANNEXES 8 ET 10
- Matériel syndical

DOSSIERS

- COMMUNIQUÉS
- LIBERTÉS SYNDICALES
- #INTERMITTENTS
- Assurance chômage


Nos publications

- Notre revue : SPECTACLE
- Le Guide des salariés
- Le 37ème Congrès
- Femmes-Mixité


Adhérer

Adhésion en ligne - Trouver votre syndicat
- Bulletin d'adhésion
Nos publications > - Notre revue : SPECTACLE > SPECTACLE N°358 - FEVRIER 2016 : DEFENDRE LES DROITS, EN CONQUERIR DE NOUVEAUX !

Mise à jour le 15 mars 2016

 

SPECTACLE N°358 - FEVRIER 2016 : DEFENDRE LES DROITS, EN CONQUERIR DE NOUVEAUX !

QUESTION DE CHOIX …

Nous sommes à la croisée des chemins : le gouvernement et le Medef, tous acquis aux thèses libérales, selon lesquelles le travail est un coût, veulent détricoter le Code du travail et les droits sociaux. Or des années de dérégulation ont montré l’échec de cette politique : ce sont la précarité et le chômage qui se sont développés, entraînant la dégradation de l’emploi et du travail.

Une autre voie est possible. A titre d’exemple, les négociations sur le compte personnel d’activité (CPA) ont montré deux options possibles :
- un système purement assurantiel, où chacun a cotisé pour un « capital » de droits en partie « fongible », c’est-à-dire utilisable pour la formation ou une indemnisation ;
- ou bien un système solidaire dans lequel chacun cotise selon ses moyens mais où chacun mobilise des droits selon ses besoins : les jeunes en actions de formation sans attendre une fin de carrière pour y avoir droit, un niveau de revenu de remplacement décent, le maintien des droits à la couverture santé, maternité, prévoyance réellement universelle, en dehors d’une période sous contrat de travail. Le CPA risque donc pour l’instant d’être une coquille quasi vide, non mutualisée.

Ces deux options seront également au cœur des négociations sur l’assurance chômage. Le patronat, Medef en tête, militera pour un système d’assurance individuelle tandis que la Cgt y défendra un système mutualisé. On notera quelques différences dans les négociations sur le régime général et sur les annexes 8 et 10. Le régime spécifique des salariés intermittents du spectacle assure plus de redistribution vers les bas revenus que dans régime général. Nos propositions alternatives visent à assurer une part de redistribution tout en encourageant le respect des conventions collectives et la qualité de notre travail.

Bien évidemment, nous ne laisserons pas passer une remise en cause de nos droits sociaux, ni une réforme du Code du travail au profit du patronat, avec toujours plus de précarité et d’insécurité pour les travailleurs,
Restons mobiliser pour défendre nos droits et en conquérir de nouveaux !

P.S. : la loi « Liberté de création, architecture et patrimoine » est examinée au Sénat du 9 au 12 février, nous en rendrons compte avec grande attention dans notre prochain numéro.

Denis Gravouil.

 

 


Téléchargez ce document Télécharger ce document

 

Imprimer l'article

SPECTACLE 372 - JUIN 2018 -50 ANS APRES MAI-JUIN 68 : LES COMBATS CONTINUENT !


 

SPECTACLE 371 - AVRIL 2018 - DÉVELOPPONS PARTOUT LES LUTTES POUR EXIGER LE RESPECT ET GAGNER DES DROITS !


 

SPECTACLE 370 - FEVRIER 2018 - LE DÉNI DE DÉMOCRATIE EN MARCHE !